Alchemy Poètes

Poèmes, nouvelles, pensées et autres.
 
AccueilPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La romance de nos douleurs passées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mr Green
Poète
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 10/11/2010
Localisation : Poitiers

MessageSujet: La romance de nos douleurs passées   Lun 11 Fév - 22:35

J'ai parfois l'impression de trop parler de moi en me tutoyant. Comme ce soir. J'étais parti pour proser un énième dialogue intérieur, j'avais déjà une bonne dizaine de lignes. Et puis zut. Ce procédé me facilite le remontage de bretelles mais en l'occurrence, ce texte ressemble plus à une réflexion qu'à une discussion. Autant y aller franchement.

On le sait, quiconque m'a déjà lu, rencontré ou même simplement entendu sait que j'ai un terrible défaut, une malformation freudienne peut-être, une maladie que louent certains et pleurent certaines : j'aime les femmes. Pas toutes les femmes, non. Et bien loin de moi l'idée d'une quelconque infidélité charnelle à celle qui a su me séduire. Une par une, ces créatures croisées du divin et du démon ont su extraire de ma vie ces instants passionnés qui ont fait naître tant de lignes sur le papier comme sur mon corps. Chaque journée fait naître une idylle que vous ne lirez jamais car elle s'inscrit dans ma chair et retombe comme un fruit blet avant que le vent tourne. S'il en est une qui répond à mon regard, l'idylle se change en romance. Chacun imagine ce qu'il veut, tant qu'il est désiré, tant qu'il est observé. Satyres et nymphes que nous sommes, nous n'existons qu'un court instant dans l'imaginaire nimbé de roses et d'éclairs qui rugit dans notre esprit.

Encore faut-il qu'elles aient de l'esprit. Je ne me lasse pas de converser, bêtement ou non, avec ces anges nés de la douleur qu'un rien excite. Mes discours légers ne trompent pas autant que les lourdes paroles qui pavent mes ruptures. On sait que j'aime et si l'esprit s'en amuse ou s'en éprend, le corps attend. Aimons-nous tous les deux, pour de vrai s'il le faut, déchirons-nous, souffrons tout notre saoul par nous-mêmes, pourvu que nous sachions pourquoi ! Ceci fait, la passion passée et les vêtements vêtis, que reste-t-il ? Tout le plaisir du monde ne saurait cacher leurs douleurs. Je les vois. Je les sens, même lorsque je voudrais qu'elles souffrent seules. Ces anges nés de la douleur, je les comprends.

Nous avons en commun cette éducation autonome et des principes forgés à même la vie nue, froide et cruelle, que nous sommes obligés de partager avec les autres. Je me retiens de vomir sur ces êtres bien-pensants qui auraient dû nous ouvrir le ventre plutôt que de nous laisser avec la haine au dedans. Je les méprise, ce mal leur appartient. Et elle, elle qui m'a compris, elle ne me juge pas. Pourquoi n'a-t-elle pas guéri comme moi ? Quelle route couvre ce brouillard fumeux et ces charognards trop bien nourris qu'elle traîne dans ton sillage ? Je regarde la vermine grouiller autour de son nid de ronces, elle agrippe sa robe et salit son nom. Tous ces cris, pourquoi, pour qui ? De toutes les femmes que j'ai aimées, elle est celle qui crie le plus. Elle crie encore, fort, elle pleure, mais je ne suis plus là pour supporter cette souffrance cachée, enfouie, honteuse. On aime qui nous ressemble, pas qui ressemble à notre douleur.

A présent, je me pose une question. Une question bête, sans doute, idiote, sotte et stupide de par sa proposition douteuse et déplacée vis-à-vis de celle qui me voudrait comblé aujourd'hui. Mais une question qui surgit dans un idéal où le brouillard se serait levé pour ne laisser que la bruine odorante, où la vermine et les charognards auraient été méprisés, où les ronces se seraient ouvertes pour moi, doucement. Mon idéal, celui nimbé d'éclairs et de flammes chaudes comme le vent d'été. Quelle vie aurait-on menée si nous avions guéri tous deux ?

_______________


© Tous droits réservés. Toute copie, totale ou partielle, des œuvres de l'auteur sans son accord écrit fera l'objet de poursuites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iloa
Poète
avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 48
Localisation : France

MessageSujet: Re: La romance de nos douleurs passées   Mar 12 Fév - 0:12

Nous pouvons et je dirais même que nous nous devons d'avoir des réflexions sur notre vie passée.
Mais pourquoi en avoir sur ce qui n'a pas été ?
Puisque nous ne pouvons pas savoir ce qui aurait été avec ce " Si ".

Serions nous plus heureux SI nous avions fait autrement ?

Je pense que ce qui a été est ce qui devait être. Point !

J'aime beaucoup votre réflexion qui me fait penser à quelqu'un qui veut se rassurer sur ce qu'il est.
C'est bien...c'est d'ailleurs le meilleur moyen de s'aimer, ou tout au moins de s'accepter.




_______________
Un sourire ou une grimace
Au choix...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damona Morrigan
Fondatrice d'Alchemypoètes
avatar

Messages : 4545
Date d'inscription : 06/11/2010
Localisation : Dans la cabane de la sorcière blanche sur l'île d'Emeraude

MessageSujet: Re: La romance de nos douleurs passées   Mar 12 Fév - 0:49

Autour de tes mots plane comme un parfum de nostalgie en note de fond, de passion en note de cœur et de feu en note de tête. Et pour ta question, demande à la lune peut-être te répondra-t-elle... si...non...viens t'asseoir sur les nuages de coton et tu verras que ce qui te paraissait important et grand en-bas, te semblera là-haut soudain insignifiant et petit.

PS : Reviens autant que tu le désires, te lire est toujours un réel plaisir. Sourire.

_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
spiritmoi

avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 22/02/2012

MessageSujet: Re: La romance de nos douleurs passées   Mar 12 Fév - 23:07

Je lis et relis....et je n'en ai pas fini !!
Je trouve tes mots tellement lucides ...ce recul là... fou comme ça me donne a réfléchir...
Souffrir à deux mais tout en sachant le pourquoi bordel comme ça serait chouette...

Enchanté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr Green
Poète
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 10/11/2010
Localisation : Poitiers

MessageSujet: Re: La romance de nos douleurs passées   Dim 3 Mar - 23:37

Merci Iloa pour votre avis (tutoyons-nous, voulez-vous ?), vous avez raison, certaines questions n'ont pas vraiment de sens sinon celui du regret de ce qui n'a pas existé. Et vous m'avez tout à fait cerné, je cherche à me rassurer. C'est souvent le cas lorsque je me pose des questions, je remets tout en cause, à commencer par moi-même.
Damona, ma chère amie, tu me devine encore et toujours. J'ai peur que les cieux ne veuillent pas de moi pour le moment. Mon temps viendra. Attends-moi, veux-tu ?
Spiritmoi, je suis flatté de te donner à réfléchir. Moi qui pensais que mon texte se résumait à une pensée égoïste, je n'imaginais même pas cette possibilité. Effectivement, ce serait super qu'il y ait autant de communication mais tout le monde n'est pas empathique... Dommage !

_______________


© Tous droits réservés. Toute copie, totale ou partielle, des œuvres de l'auteur sans son accord écrit fera l'objet de poursuites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La romance de nos douleurs passées   

Revenir en haut Aller en bas
 

La romance de nos douleurs passées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Passé, Présent et Futur
» Broder ensemble le marquoir Cadichon du Passé Composé
» J'ai passé une journée de dingue !
» Dessins en douleurs... pardon, en couleurs !
» [Link, Charlotte] Le poids du passé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alchemy Poètes :: Vos mots de Coeurs de Poètes :: Réflexions-