Alchemy Poètes

Poèmes, nouvelles, pensées et autres.
 
AccueilPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Lune T2/Chapitre 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
quelemondeestbeau
Poète
avatar

Messages : 418
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 21
Localisation : Neverland

MessageSujet: Lune T2/Chapitre 8   Mer 13 Aoû - 17:16

VIII.
Duel initiatique


Dans le milieu de l'après-midi, alors que je finissais la lecture du Paradis Perdu, quelqu'un vint toquer à ma porte avec empressement. Je sursautai et levai les yeux de mon livre. J'étais tellement absorbée par la prose majestueuse de Milton que je n'avais pas remarqué l'allégresse qui régnait sur le pont. Des cris de joie étouffés fusaient de toutes parts. Je me levai lentement et posai mon livre sur le bureau, un sourire naissant aux lèvres. Je me tournai ensuite vivement vers Blake, le fis monter sur mon poignet et me ruai hors de ma cabine.
Sur le pont, la joie avait transformé les pirates en enfants heureux de revoir la terre ferme. Bon nombre des flibustiers s'étaient précipités sur chaque côté du navire, espérant apercevoir ne serait-ce qu'un arbre, un bateau amarré au port ou un toit. Blake quitta brusquement mon poignet et s'envola. L'oiseau vola ensuite gaiement entre les voiles du navire, piaillant le plus fort qu'il pouvait. C'était sa manière de montrer sa propre joie. Je le regardai planer avant de rejoindre le bastingage et la liesse générale. Une longue bande de terre se profilait à l'horizon.

- Cuba, soufflai-je au milieu des cris et des poings levés.

Au gouvernail, Jonathan manœuvrait joyeusement. J'allai à sa rencontre.

- Cuba, nous y voilà ! lança-t-il.
- Nous nous rapprochons du second indice et de Spark.
- Vivement qu'on trouve cet indice.

J'aperçus Alexander, appuyé sur le mât de beaupré, le visage éclairé par ce sourire que j'aimais tant. Lorsqu'il me vit, il ne cessa pas de sourire, le regard pétillant. Il m'adressa un signe de la main auquel je répondis quasi instantanément.

- Ça a l'air d'aller mieux entre vous, déclara Jonathan.

Je l'observai, surprise.

- Tout l'équipage sait que vous vous disputez beaucoup en ce moment. Mais tout l'équipage est de ton côté, ajouta-t-il hâtivement.
- Les pirates sont pires que les villageois, fis-je en souriant.

Je posai les yeux sur l'échelle de corde. Victor y était accroché et regardait la terre qui s'approchait de nous.

- Oh, j'ai trouvé ça dans les affaires de Spark, s'écria Jonathan.

Il me tendit un livre orné de feuilles d'or et d'une couverture bleu nuit. Je le remerciai chaleureusement et quittai le pont du gouvernail pour rejoindre le pont inférieur. Un ordre fut lancé. Quelques pirates restèrent adossés au bastingage, l'air rêveur, tandis que la plupart de l'équipage retournait travailler sans néanmoins se départir de sa bonne humeur.
Dirk passa près de moi, Blake sur l'épaule.

- Ils ont l'air tellement heureux d'arriver à Cuba, remarquai-je.
- Certains ont de la famille ici. Ils sont impatients de la revoir quelques jours.
- Depuis combien de temps n'êtes-vous pas venus ?
- Huit mois environ.

Il se tut un instant avant de reprendre :

- As-tu une idée de l'endroit où nous devons aller ?
- Je pensais au château de la Reine. J'espère qu'il existe toujours.
- Nous trouverons, m'assura Dirk. Nous devons le trouver, pour Spark.

Je hochai la tête, confiante. Comme Dirk et l'équipage du Cœur, j'avais choisi de me battre et je me battrai pour Spark.
En regardant les hommes présents sur le pont, je compris que eux aussi ne se laisseraient pas faire, qu'ils allaient eux aussi tout mettre en œuvre pour retrouver leur capitaine. Leur ami. Cuba n'était certes qu'une étape dans ce cruel jeu de pistes instauré par nos adversaires mais, qu'importent le nombre d'étapes et d'indices qu'il comportera, l'équipage du Cœur était prêt à en découdre. Et moi aussi.

- Apprenez-moi à me battre, demandai-je à Dirk.

Surpris, il se tourna vers moi.

- Je ne suis pas sûr que...
- Que quoi ? Que ce soit bon pour une fille de manier le sabre ?

Le pirate me sourit et posa une main sur mon épaule.

- Aussi tenace et téméraire que son père.
- Je suis un poids mort pour l'équipage. J'en ai pris conscience lors de la dernière attaque. Dirk, repris-je, apprenez-moi à me battre.
- Bien, lâcha-t-il toujours aussi souriant. Il nous reste quelques heures avant de jeter l'ancre. Je pourrais peut-être t'enseigner quelques techniques...

Il me fit signe de le suivre. Je posai mon livre sur les marches de l'escalier avant de le rejoindre. Nous nous plaçâmes au milieu du pont, non loin du mât central, face à face. Dirk tira lentement son arme. Le bruit de l'épée frottant le fourreau attira l'attention des membres de l'équipage, qui se rapprochèrent avec curiosité. Mon maître d'armes prit bien en main son épée avant de tendre le bras en arrière. Un jeune pirate roux, recruté à Port-Royal, lui donna une deuxième épée. Dirk la saisit par la lame et me la tendit. Je m'en emparai avec hésitation. Le pirate la ressentit.

- Ne dévoile jamais tes émotions à ton adversaire. Il pourrait s'en servir.

L'épée, étonnamment légère, semblait convenir parfaitement à ma main. Je traçai quelques mouvements en l'air pour apprivoiser cette lame qui m'était inconnue.

- Ne crains pas ta lame, elle sera toujours ta meilleure alliée.

Dirk effectua un pas sur la gauche : je fis de même. Les pirates avaient formé un cercle autour de nous et certains tentaient de prédire l'issue de ce duel amical. Je jetai un bref coup d’œil aux spectateurs, dans l'espoir d'y apercevoir Alexander. Lorsque je le vis, je fus surprise par un coup de Dirk. Je le parai maladroitement.

- Ne te laisse jamais distraire si tu veux survivre.

Je reportai mon attention sur Dirk, qui pointait son arme vers moi. Je me redressai et tâchai de dissimuler mon appréhension derrière un visage neutre. Je brandis à mon tour ma lame vers Dirk, prête à attaquer. Il amorça un pas sur la droite. Je l'imitai mais il revint à sa position initiale. Il feinta de nouveau mais, cette fois-ci, je ne me laissai pas surprendre. J'avais compris cette technique.

- Va-t-on se contenter de tourner en rond ? l'interrogeai-je en imitant ses moindres déplacements.

Il s'avança brusquement. Je n'eus pas le temps de reculer ni de parer. Du coin de l’œil, j'aperçus la lame de Dirk qui arrivait par la gauche. Je me baissai vivement avant d'attaquer à mon tour à peine redressée.

- Belle initiative, commenta Dirk en bloquant son épée contre la mienne.
- Et vous n'avez pas encore tout vu.

Je repoussai l'arme du pirate et feintai sur la droite. Dirk tomba dans le panneau – ou, du moins, il fit semblant d'y tomber. Profitant de l'occasion, je redoublai d'efforts pour le désarmer. Je savais que je n'y parviendrais pas : c'était la première fois de ma vie que je tenais une épée dans ma main. Néanmoins, j'entrevis un moyen de gagner ce duel.
Mes coups se firent plus rapides et plus brefs. J'avançai à grands pas, une ardeur nouvelle dans tous les membres de mon corps. Je lus de l'étonnement dans le regard de Dirk, qui paraissait épaté par mes progrès fulgurants. Je dois avouer que je n'y croyais pas moi-même. Je cessai d'y penser et me concentrai sur mon objectif, que j'atteins bien plus vite que prévu.
Dirk poussa un cri tandis qu'il heurtait le mât central. Hébété, il laissa tomber son épée. Je pointai ma lame sous sa gorge, un sourire victorieux sur les lèvres. Le pirate sourit lui aussi et leva les mains pour indiquer qu'il se rendait.

- Je reconnais la défaite. Tu te débrouilles plutôt bien.
- Merci. Je ne pensais pas y arriver, reconnus-je.

Je baissai mon épée, heureuse de cette victoire. J'étais fière de constater que j'avais des talents insoupçonnés de duelliste. Les pirates autour de nous crièrent de joie et saluèrent ma vivacité d'esprit durant le combat. Je les laissai me féliciter, sans bouger de ma place, et reculai de quelques pas pour observer les hommes perchés dans les voilures. Eux aussi avaient suivi le duel et n'avaient cessé de le commenter. Même si je ne les avais pas écouté pour me focaliser sur Dirk, j'avais perçu des discussions de part et d'autres.
Je fis encore un pas en arrière et poussai un cri. Je m'écroulai au sol et m'empêtrai dans les cordes qui venaient de me faire chuter. Pendant ce temps, Dirk avait récupéré son arme et la pointait dans ma direction avec un sourire.

- Un dernier conseil, Leanne : n'estime jamais un duel terminé tant que ton adversaire n'est pas mort.

Il rangea ensuite sa lame dans son fourreau et tendit la main pour m'aider à me relever.

- Tu as encore beaucoup à apprendre, me dit-il lorsque je fus face à lui, mais tu as déjà de très bonnes bases. Ton père t'a transmis quelques unes de ses techniques, n'est-ce pas ?
- A dire vrai, j'aurais beaucoup aimé qu'il le fasse, mais il n'est pas rentré à la maison pendant huit ans. Quand il est enfin rentré, il n'avait qu'une envie : mettre de côté la piraterie. Je n'avais jamais touché une épée avant aujourd'hui.
- Tu sais utiliser un pistolet ?

Je hochai la tête avec gravité. L'année dernière, je m'étais servi d'un pistolet pour tenter de tuer Lugh. Tentative qui avait échoué à cause de la magie noire qui courait en lui. Néanmoins, j'avais déjà utilisé un pistolet pour tenter de tuer un homme. Cet épisode m'avait marquée à vie.

- Tu t'es bien battue pour quelqu'un qui n'avait jamais manié le sabre. Tu apprends vite.
- Quand recommencerons-nous ? demandai-je avec empressement.
- Ne sois pas trop impatiente de savoir te battre. Dans le monde de la piraterie, un combat n'a qu'une seule issue possible : lui ou toi. Tant que tu ne sais pas te battre, tu peux te tapir dans l'ombre et attendre, un combat t'enverrait à la mort. Mais quand tu sais manier l'épée, ton honneur t'ordonne de te jeter dans la bataille. Te cacher n'est plus une solution, mais une marque de lâcheté.
- J'en ai conscience, fis-je après un temps. Mais je ne veux plus me cacher. Je me sens lâche en voyant l'équipage se battre et risquer sa vie quand moi, je reste cachée derrière un tonneau ou sous un escalier.

Dirk soupira.

- Petite, je vais te dire quelque chose, mais ça risque de ne pas te plaire.
- Je peux tout entendre, surtout venant de vous.
- Tu es aussi courageuse que n'importe quel homme sur ce rafiot. Tu as le sens de l'honneur et soif de liberté. L'eau des Caraïbes est pour toi aussi pure que l'eau du bénitier. Tu es bien plus heureuse en mer que sur la terre. Leanne, la piraterie coule dans tes veines.

Je ne répondis pas. En quatre phrases, Dirk avait résolu toutes mes interrogations, toutes ces questions qui s'étaient emparées de moi depuis près d'un an. Blake, qui avait trouvé refuge au nid-de-pie, retrouva l'épaule de Dirk en piaillant. Ce dernier me lança un dernier regard avant de se retourner.

- Votre épée, fis-je en lui tendant l'arme que j'avais maniée.
- Garde-la, je te l'offre.

Il repartit ensuite travailler pour préparer notre arrivée imminente à Cuba. Je m'assis sur les marches menant au gouvernail, sur la marche où j'avais posé mon livre peu avant le duel. L'épée encore en main, je l'observai avec curiosité et caressai le plat de la lame.

- Tu auras sans doute besoin de ça.

Je levai les yeux sur Alexander. Il me tendait un fourreau. Je le remerciai et y rangeai mon épée. Je reportai ensuite mon attention sur lui.

- Tu étais incroyable tout-à-l'heure, avoua-t-il en s'asseyant près de moi. Je ne pensais pas que tu te battais comme ça.
- Je ne le pensais pas non plus.

Il y eut un silence gêné entre nous. Je compris vite que chacun craignait de dire la phrase qui fâcherait et qui déclencherait une dispute. Alexander brisa la glace le premier.

- Je crois qu'il faut qu'on parle.
- De quoi veux-tu qu'on parle ?
- De nous.

Il tordit nerveusement ses mains sales. Si à Hispaniola, ses mains étaient toujours blanches à cause de la farine, sur le Cœur des Caraïbes, elles étaient toujours noires à cause de la saleté.

- Je t'aime, Leanne. Je t'aime vraiment. Je te l'ai déjà prouvé.
- Mais... ?
- Mais je pense que le sauvetage de Spark passe avant notre relation.

Je fixai mes doigts, tremblante. Même si cet aveu me blessait, je devais reconnaître qu'il avait raison. Spark d'abord, nous ensuite.

- D'accord, soufflai-je faiblement.
- Désolé.

Alexander quitta ensuite l'escalier et grimpa l'échelle de corde pour retourner travailler dans les voilures.

_______________
Ne jamais regretter. Ne jamais envier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesenviesdepippin.wordpress.com/
Damona Morrigan
Fondatrice d'Alchemypoètes
avatar

Messages : 4545
Date d'inscription : 06/11/2010
Localisation : Dans la cabane de la sorcière blanche sur l'île d'Emeraude

MessageSujet: Re: Lune T2/Chapitre 8   Jeu 14 Aoû - 10:50

C'est un vrai plaisir de te lire.  You are the best 

_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lune T2/Chapitre 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lune T2/Chapitre 15
» Spoil Bleach chapitre 274
» [1500 pts] L'armée de la Lune noire
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alchemy Poètes :: Vos mots de Coeurs de Poètes :: Nouvelles-