Alchemy Poètes
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Alchemy Poètes

Poèmes, nouvelles, pensées et autres.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -50%
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + ...
Voir le deal
19.99 €

Partagez
 

 Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hugoblin
Poète
Hugoblin

Messages : 46
Date d'inscription : 26/12/2010

Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) Empty
MessageSujet: Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie)   Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) EmptyDim 6 Mar - 20:19

Quand Charles poussa la porte du dortoir, il fut étonné de se retrouver dans une immense forêt peuplée d’arbres en tout genre, le nain Paulo rassembla les élèves en un cercle puis dit :
- Bienvenue dans votre nouveau dortoir chers élèves, si vous êtes ici c’est parce que votre élément de prédilection se rapporte à la terre, la matière proprement dite… Dans cette forêt un…
- Ah, c’est pas ici, l’aquarium, désolé, je me suis gouré de salle…
- Ne t’inquiète pas ça nous arrive tous les ans, pars rejoindre les autres… Ils doivent t’attendre…
L’élève s’éloigna vers la porte tout timidement, quand il fut sorti, le nain rétorqua :
- Quel imbécile, oh avant que je reprenne, si d’autres ce serait trompé de salle qu’ils parlent maintenant ou se taisent à jamais… Apparemment personne n’est aussi bête que l’élève qui vient de quitter les lieux, c’est très bien… De quoi parlions-nous ? Ah oui, je disais, ici un arbre vous appartient, à vous et à vous seul ! C’est votre propriété, pour les premières années c’est un noyer, vous changerez d’arbres l’année prochaine pour ceux qui reste ici… Inutile de vous dire qu’il ne vaut mieux pas se perdre dans cette forêt… Car ci c’est le cas, vous ne vous en sortirez jamais tout seul dans le labyrinthe du Grand Conseil ! Jamais ! Si par hasard, ou parce que vous êtes vraiment nul, vous veniez à vous perdre, repérez-vous grâce aux arbres, ils ont beau être semblables, ils sont tous différents, donc soyez vigilant… Et si vraiment vous ne vous en sortez toujours pas, demandez-leur le chemin…
- Le demander à qui ? demanda Charles
- Aux arbres pardi, ils parlent ici, on n’est pas sur Terre ! Pour trouver votre arbre, baladez-vous dans la forêt, quand vous passerez à côté du votre, vous le saurez, enfin, je ne sais pas comment vous l’expliquer… Quand vous trouvez votre arbre vous ressentirez une sorte « d’appel intérieur »…
Les élèves le regardèrent avec de grands yeux ronds… Le nain était en transe, il se moquait d’eux avec les arbres ! Il était à côté d’un bouleau en lui donnant des coups de coudes et en lui murmurant des choses à travers l’écorce…
- Quand vous aurez trouvé votre arbre, vous n’aurez plus qu’à taper dans vos mains pour que vos valises arrivent à vous, voila, c’est tout, bonne nuit…
Capucine, Charles et Romain se mirent en quête de leur arbre, ils se baladaient dans l’herbe fraîchement tondue, au milieu des champignons et des rhododendrons, il avait beau faire nuit dans le dortoir, une armée de lucioles éclairait la pièce… Plus ils s’enfonçaient dans la forêt, moins il y avait d’élèves qui cherchaient leur arbre… Puis Romain fut parcouru de sueurs froides, une branche à l’allure de main lui avait tapé dans le dos et ses feuilles s’agitèrent de tout leur être : il avait trouvé son arbre… Romain tapa dans ses mains et une nuée de papillons vint lui apporter ses bagages, ces animaux étaient vraiment magnifique, ils étaient multicolore avec sur chaque aile un cygne, ils repartirent aussi vite qu’ils étaient arrivés pour aller se cacher dans les feuilles d’un bouleau… Capucine et Charles marchèrent encore pendant quelques minutes avant de trouver le leur. Puis ils virent deux arbres dont les branches étaient enlacées l’une dans l’autre, comme si les deux noyers s’embrassaient :
- C’est un signe, n’est ce pas ? dit Charles
Capucine rougit. Quand les valises des deux élèves furent arrivées, Charles appliqua les consignes de Paul, pour que l’arbre s’ouvre il fallait lui parler avec douceur, la situation était assez comique, en effet Charles avait une de ses oreilles colée sur l’arbre et il lui murmurait des mots doux, Capucine avait déjà ouvert son arbre depuis longtemps, elle regardait son ami en riant de temps en temps… Après une dizaine de minutes supplémentaires de discussion avec le noyer, il entendit une voix qui venait de l’intérieur de l’arbre, elle était grave et lourde comme si un vieillard lui parlait « C’est bon, tu peux entrer » lui disait-elle. L’écorce de l’arbre se craquela et une porte s’ouvrit dans le tronc, l’intérieur était grand, enfin, grand, comparé au diamètre conventionnel que faisait un noyer… Il y avait en fait juste de la place pour un hamac qui se trouvait en son centre, il posa ses valises à côté de son couchage, il s’allongea tout de suite après, il était encore très fatigué… Pendant que certains dormaient, d’autres travaillaient… C’était le cas de Plorus et des autres professeurs, le Grand Maître avait organisé une réunion générale, ils étaient tous assis autour de la table rectangulaire dans de grands sièges très confortables, le feu qui se trouvait dans l’immense âtre chauffait l’ensemble de la pièce… Même si l’ambiance était chaleureuse, l’heure était grave…
- Mes amis, comme vous le savez, Lucius gagne du terrain, je vais donc renforcer la défense du château…
- Si je peux me permettre Grand Maître, je pense qu’il n’est pas nécessaire de prendre toutes ces mesures de sécurité… En effet, j’ai une taupe chez le Maître du Destin sombre, et il m’a certifié que la dernière attaque que vous lui aviez affligé l’avait très affaibli, il ne tentera rien cette année…
Après avoir prononcé cette phrase, Prias devient tout chose, il prit le verre en cristal qui se trouvait devant lui et bu une gorgée d’eau, il allait encore moins bien… Il brisa le verre en le serrant dans sa main puis il tomba de sa chaise en se tordant de douleur, il avait les yeux injectés de sang et ses mains étaient subitement, toutes rouges… Plorus courut à son secours…
- Prias qu’est-ce que tu as ?
Celui-ci se releva comme si de rien était et se rassit à sa place. Puis il continua le discours qu’il avait commencé :
- C’est pourquoi je pense que le champ de force autour du château n’est pas nécessaire…
- Mais que vient-il de t’arriver Prias ?
- Mais rien Grand Maître, il ne m’est rien arrivé, voila cinq minutes que je vous parle, il ne s’est rien passé d’autres, et pour ce champ de force ? On s’en débarrasse ?
- Tu es vraiment bizarre… Et pour le champ de force, je ne l’enlèverais pas ! Même si nous sommes obligés d’exploiter au maximum les ressources de l’Eranop à chaque fois que nous l’activons, il nous est indispensable… Lucius se rapproche, il est maintenant vital de mettre tout en œuvre pour ne pas perdre la bataille qui se prépare…
- Nous devrions d’abord nous débarrasser des taupes présentes dans l’établissement n’est-ce pas Julius ?
- Mais tu es complètement fou mon pauvre Prias, depuis que tu es revenu de Vulcano, tu n’es plus du tout le même, tu veux me tuer à chaque occasion…
- J’ai vu des choses là-bas, des choses compromettantes à ton sujet… Dis leur tout de suite, on gagnera du temps !
- Allons régler ça dehors, Grand Maître, veuillez nous excuser une minute…
L’ensemble des professeurs regardait Julius et Prias sortir de la salle, quand ils furent sortis, Julius plaqua Prias contre le mur en l’étranglant :
- A quoi tu joues ? Qu’est-ce que c’est que tous ces sous-entendus, tu veux qu’on se fasse repérer ou quoi ?
- Mais non… j’essayais de détourner le sujet de conversation, je te rappelle que le Maître du Destin sombre veut que la sécurité du château soit réduite à néant, j’ai donc décidé de porter de fausses accusations contre toi… Et ce n’est d’ailleurs pas la première fois, pour faire croire que j’étais du côté de Plorus, je lui ai déjà parlé de toi à plusieurs reprises, mais ne t’en fais pas, il ne m’a jamais cru, après tout il fait confiance à son cher « Julius »...
- Quelle idée… stupide, arrête ça tout de suite !
- D’accord, c’est vrai que je dois avouer que ce n’était pas très intelligent, mais bon, le fait de voir ces trois stupides gamins passer devant moi sans que je puisse jamais les tuer, ça me contrarie…
- Ce n’est pas pour autant que tu dois te comporter ainsi… Nous devons attendre les autres, Lucius ne nous a toujours rien dit...
- Rien dit ? Il m’envoie des messages par télépathie plusieurs fois par jour, pourquoi crois-tu que j’ai des convulsions…
- C’était donc ça… Mais pour l’heure arrête tes accusations stupides et sans intérêt…
- C’était pour faire plus réaliste, mais bon si tu veux que j’arrête… A propos, tout à l’heure, pendant la réunion, Lucius m’a informé que nous allions agir lors du bal du Grand Conseil…
- Très bien, très bien, plus que trois mois ! Ce rôle commence à me peser… J’aimerais tuer Plorus à tous les instants, malheureusement, je ne peux pas… Retournons à la réunion, sinon ils vont se douter de quelque chose sinon…
Les deux partisans de Lucius rejoignirent la salle de réunion, quand ils entrèrent, tout le monde se tut, bizarre… La réunion se poursuivit jusqu’à tard dans la nuit… Sur Vulcano, une toute autre sorte de réunion se tenait… En effet, un homme avait réquisitionné les trois quarts de ses partisans dans son château, cet homme était assis dans un grand fauteuil en cuir rouge, il avait la mine très grise, et il était extrêmement maigre… Au niveau de son cou, on voyait une grande cicatrice, ses longs doigts squelettiques serraient les accoudoirs de son siège comme un aigle serrant sa proie dans ses serres… Cet homme c’était Lucius… Grâce à ses deux partisans infiltrés au Grand Conseil, il allait bientôt pouvoir atteindre son but : posséder l’Eranop, ce n’était plus qu’une question de temps, ils les avaient convoqués pour parler de l’attaque du Grand Conseil. La salle de réunion était effrayante, elle était noire comme les ténèbres, seuls quelques torches en forme de gargouilles éclairaient la pièce en étant accrochées au mur. Au centre se trouvait une grande table garnie par un banquet, mais ici, les mets faisaient peur. Comme tout le monde était arrivé, Lucius décida de commencer la réunion :
- Chers amis, nous voila une fois de plus réunis, cela faisait si longtemps… Mais je devais vous voir, en effet l’Eranop sera bientôt à nous et elle nous offrira à tous l’immortalité et d’autres pouvoirs plus extraordinaires les uns que les autres… Mais pour cela, il faut s’unir car la tâche va être difficile, Charles Régrebac et ce vieux fou de Plorus sont les deux seules personnes à pouvoir toucher la pierre… Il faudra donc les convaincre par la ruse, j’ai d’ailleurs ma petite idée à ce sujet…
Lucius était bien moins resplendissant que dans le passé, il s’était laissé aller avec le temps et il ressemblait désormais à un fantôme, une âme en peine errant sans but dans ce château trop grand pour lui… Mais l’heure était grave, si dans quelques jours il ne possédait pas l’Eranop, il mourrait, il le savait. Pour cacher cet affaiblissement qui s’intensifiait de jours en jours, il portait en permanence sa cape sur le dos. Comme ça, on ne pouvait apercevoir qu’une partie de son cou et ses yeux brillant, rien de plus…

Il était 6h04, on fait mieux pour un réveil en douceur, Capucine était déjà dans le bureau de Plorus, celui-ci avait des recommandations à lui faire. Pendant qu’elle l’écoutait en baillant toutes les cinq minutes, alors ses deux amis dormaient paisiblement…
- Capucine, comme tu le sais ton animal de prédilection est un écureuil, mais c’est aussi la forme que prenait le Maître du Destin sombre, je ne sais pas si ta mère t’en a parlé mais Lucius, quand il travaillait encore ici était le Maître du Destin de ta mère, vous êtes liés tous les deux, il va essayer de te ranger de son côté par tous les moyens, ne fais confiance à personne à part à moi et à tes amis… S’il t’a entre ses mains, tu cours à ta perte.
- Mais si nous sommes liés, il ne peut pas me faire de mal répondit-elle d’une voix fatiguée…
- Détrompe-toi ! Il te tuera s’il en a l’occasion, même s’il doit mourir aussi, il n’a plus rien à perdre… Par contre ce dont je suis sûr, c’est qu’il ne pourra jamais toucher à un cheveu de Marianne… Bon retourne te coucher, il te reste une petite heure de sommeil, n’oublie pas ce que je t’ai dis surtout…
Capucine retourna dans le hamac de son arbre, elle avait beau essayer de dormir, elle n’y arrivait pas, la seule idée qu’un homme remuait en ce moment ciel et Terre pour se débarrasser d’elle lui faisait froid dans le dos… Elle ne savait rien de lui mais lui connaissait tout d’elle… La journée promettait d’être longue, très longue… Ils allaient passer la matinée avec Crassus a apprivoiser leur animal de prédilection et l’après-midi avec Prias pour un cours d’histoire du Grand Conseil, entre deux, ils avaient aussi un cours de potion. Les trois amis prirent un énorme petit déjeuner et se mirent en route vers le jardin du château, leur animal en laisse. Pendant une heure ils travaillèrent avec le professeur Canem sur les ordres « conventionnels » que l’on peut apprendre à un animal : assis, coucher, et tout ce qui s’en suit… Mais la deuxième heure fut plus difficile que l’autre, mais aussi beaucoup plus grandiose. En effet chaque animal possédait un ou plusieurs pouvoirs propres… Quand Charles enseigna à son animal de prédilection son pouvoir, il fut très surpris… En effet, son loup produisait des ultrasons, ils avaient non seulement la caractéristique de produire un son très aigu mais son cri pouvait projeter à plusieurs mètres sa cible… Il n’est pas nécessaire de préciser que Charles s’est prit plus d’arbres en pleine figure en une heure que dans toute sa vie… Le pouvoir de l’écureuil de Capucine était beaucoup plus « mignon », mais seulement en apparence car il n’était pas moins puissant que celui du loup de Charles. En effet, le petit rongeur faisait apparaître par centaines des noisettes au dessus de son adversaire, quand celle-ci tombaient à terre elle immobilisait l’opposant pendant plusieurs dizaines de secondes… Ce cours fut très intéressant mais répétitif à longue, il n’était basé que sur l’entraînement : répéter toujours les mêmes gestes dans le but de savoir les exécuter parfaitement par la suite… Quand le cours fut terminé, les trois amis se rendirent à la bibliothèque, ils n’avaient toujours pas commencé le résumé de la vie du père de Charles… Charles entra dans ce lieu, il avait arrêté de s’étonner à chaque qu’il voyait quelque chose sinon, il n’aurait jamais fini… La bibliothèque du Grand Conseil n’avait rien à voir avec une bibliothèque « conventionnelle ». Ici, pas de bibliothécaire, les livres se rangeaient tous seul, Capucine, Charles et Romain s’assirent à une petite table dans le fond de la pièce. Des lustres flottaient dans les airs pour éclairer ce lieu qui ne possédait pas beaucoup de fenêtres, des énormes étagères de plusieurs mètres de hauts étaient disposées en ligne sur toute la longueur de la pièce, ce qui faisait en tout plusieurs millions de livres… Charles chercha un livre sur son père dans les étagères voisines à leur table… Un était intitulé : « Mathis Régrebac, une réussite à l’état pur ». Il n’en revenait pas, son père était considéré comme un dieu ici. Il feuilleta le livre aussi gros qu’une encyclopédie, à l’intérieur se trouvaient de nombreuses photos de Mathis… Ils commencèrent leur travail, Charles racontait tel un romancier la biographie de son père, après une petite heure de travail, le texte était enfin terminé, et le résultat était plutôt satisfaisant : 4 parchemins remplies recto verso de la belle écriture de Capucine… Ils se rendirent au cours de potions, en passant par la salle des escaliers… Vers le fond de la pièce se trouvaient seulement deux escaliers qui semblaient mener au sous-sol, l’un s’appelait cours de potion, mais sur l’autre était gravé « Salle du miroir maudit », Charles ne préféra pas s’aventurer dans cette salle, en tout cas il aurait juré voir des flammes sortirent de cette pièce… Quand ils entrèrent dans la salle, le professeur du professeur Salamandra, il accueillit ses élèves sous sa forme animale, une salamandre… Il y avait une dizaine de tables et à côté de chacune d’elle se trouvait un chaudron…
- Bonjour à tous, je vais vous enseigner l’art des potions, je vous arrête tout de suite, on est pas dans Harry Potter et il n’y a pas de méchant Rogue, dans ce cours vous allez essentiellement apprendre à préparer des substances pour vous faciliter la tâche de Maître du Destin, un comme des médicaments aux différents effets secondaires dont vous pouvez être affecté, exemple, durant les premières téléportations, votre premier réflexe est de vomir, et bien rien de tel que du jus de Kiyu mélangé à de l’urine de Lipofange pour ne pas à avoir à rendre votre dîner… Pour la première leçon on va commencer en douceur, préparez par groupe de trois de l’élixir d’amour, boisson très pratique pour faire tomber quelqu’un amoureux de vous… Au travail, la recette est à la page 19 de votre manuel, je vous le répète elle est facile à préparer !
Les trois amis commencèrent la tâche qui leur avait été donnée. Ils feuilletèrent leur livre, la recette faisait 10 pages ! Ils coupèrent, tranchèrent et émincèrent les différents ingrédients : il suivirent toutes les indications à la lettre, quand ils eurent finis, ils ajoutèrent la dernière substance, une goutte de rhum du labyrinthe, cela produisit une déflagration, et le chaudron s’enflamma, le liquide se mit à bouillir et des bulles verdâtres se formèrent à la surface du récipient, ce qui le fit déborder, ça n’était arriver que pour leur chaudron, tout le monde les regardaient avec de grands yeux. Puis le mélange redevenu normal et il devint rose. Le professeur vint examiner leur travail :
- Vous n’avez plus de modifications à apporter ? Bien, je vais y goûter maintenant.
Il prit une louche, un verre en cristal, et il but la substance rose, puis il regarda Capucine en lui faisant les yeux doux et dit :
- Elle parfaite, bravo mademoiselle
- Merci, mais je ne l’ai pas faite toute seule, Romain et Charles m’ont aidés…
- Oui, mais c’est à vous que revient le mérite dit-il en lui prenant les mains
Pendant la demi-heure qui suivit, il n’arrêta pas de complimenter ses moindre faits et gestes, puis les effets de la potion se dissipèrent, et monsieur Salamandra lui présenta ses plus plates excuses, il avait agis sous l’emprise de l’élixir. Le cours était terminé
Ensuite ils se rendirent au cours de Prias Serpens, le professeur ramassa les différents travaux de ses élèves et commença son cours…
- Suite aux questions de certaines personnes, j’ai changé le sujet de mon cours, je vais aujourd’hui vous parler du Maître du Destin sombre, ce n’est à mon avis pas au programme des premières années mais je ne peux pas ignorer une soif d’apprendre…Il faut tout d’abord savoir que son vrai nom est Lucius Sciurus, dans le passé, c’était le Maître du Destin de Marianne Squirrel, l’une des plus grandes psychologues du monde et la mère de Capucine, malheureusement il a enfreint une loi du règlement du Grand Conseil : il a entretenu pendant plusieurs mois, une relation amicale, voir intime avec Marianne, elle lui racontait absolument tout : ses joies, ses peurs, ses amours… Il fut donc condamné à mort par le Grand Conseil : Julius Equus lui trancha la tête… Il ressuscita quelques années après dans le but de se venger, le Grand Conseil avait réussi à le contrer mais pas à le tuer, aujourd’hui, on raconte qu’il vit dans un château sur Vulcano, et qu’il est très affaibli… Avez-vous des questions ?
- Comment a-t-il ressuscité demanda Capucine
- Nul ne le sait ! Il faudrait lui demander lui dit le professeur en riant… Vous allez maintenant prendre votre livre à la page 17 et décrire la photo…
La photo représentait le Maître du Destin sombre dans son fauteuil, on ne voyait toujours pas son visage, juste ses yeux et la cicatrice au niveau de son cou. La clocha sonna quelques minutes plus tard : le cours était terminé. Ils finirent leur journée à se promener dans le jardin du château, ensuite ils allèrent manger, le banquet était une fois de plus somptueux…
- Les gars, je propose que nous allions dans la salle des tableaux quand tout le monde sera coucher, je suis sûr que nous en saurons plus sur ce Lucius, il est évident que le professeur Prias ne nous a pas dis toute la vérité…
- Oui très bonne idée, mais dois-je te rappeler que c’est interdit de se balader à sa guise dans le château la nuit dit Romain
- Tu as une meilleure idée, je te rappelle que cet homme veut me tuer, tu es conscient de ça ? Il est donc vital que je sache tout sur ce « Lucius »
- Mais si nous nous faisons prendre ?
- Aucun risque ne t’inquiète pas, ici, les professeurs ne perdent pas leur temps à faire la ronde dans le château traquant les élèves qui ne seraient pas couchés… Donc c’est décidé, ce soir nous y allons !
A minuit les trois amis marchaient sans faire de bruit dans la forêt, il y avait tellement de silence que si on tendait l’oreille, on entendait les arbres ronfler… Ils sortirent du dortoir, il n’y avait pas beaucoup de lumière dans le château, ils descendirent avec précaution les escaliers puis se rendirent dans la salle des tableaux… Les peintures dormaient à poings fermés, elles aussi. Ils marchèrent sur la pointe des pieds tout le long du corridor, quand ils arrivèrent à proximité des tableaux qui les intéressaient, ils sentirent la terreur que dégageaient les toiles de Lucius. Ils furent tous les trois prit de sueurs froides, au plafond se dressaient des dizaines d’éclairs, ils se postèrent devant un des tableaux, c’était exactement le même qu’il avait vu dans leur livre, cette après-midi, même endormit il faisait très peur… Ils regardèrent la légende à la droite du cadre…

« Lucius Sciurus, ancien Maître du Destin s’est fait trancher la tête par Julius Equus après avoir enfreint une loi du règlement du Grand Conseil, il ressuscita quelques années après dans le but de se venger, il vit aujourd’hui sur Vulcano, son but ultime seraitz de tuer Capucine, Charles et Romain, pour que la prophétie ne s’accomplisse pas… »

- Une chose est sûre, cette plaque est très explicite, nous savons vraiment à quoi nous en tenir avec Lucius mais nous ne sommes pas plus avancés dit Romain
- Tu plaisantes j’espère lui rétorqua Capucine, nous savons qu’il y a une prophétie autour de nous désormais, cela veut dire que nous sommes important pour le Grand Conseil…
- Belle déduction Einstein, ça fait une petite semaine que nous le savons maintenant… et dire que je pourrais être en train de dormir dans mon lit, mais non, il a fallut suivre mademoiselle pour voir un stupide tableau…
- Calmez-vous tous les deux, je crois que j’ai entendu un bruit…
En effet, la porte à l’autre bout du couloir venait de s’ouvrir, ils entendirent un petit sifflement puis virent un long anaconda blanc aux yeux vert s’avancer vers eux… Romain et Capucine avait peur mais Charles savait de quoi il en retournait :
- Professeur Serpens, c’est vous ?
- Bien joué Régrebac, vous savez reconnaître un Maître du Destin quand vous en voyez un, dit Prias en se retransformant, c’est un bon point. Mais puis-je savoir ce que trois élèves de premières années font dans la deuxième partie de la salle des tableaux, strictement interdite à tous élèves de l’école du Grand Conseil et surtout en pleine nuit !
- Vous allez rire professeur, figurez-vous que… commença Capucine
- Non, je n’ai nullement envie de rire, je vais tout de suite vous emmener voir le Grand Maître, pour qu’ensemble, nous vous trouvions une punition adéquate…
Celui-ci les conduisit au bureau de Plorus, ils décidèrent tous les deux de les mettre en retenu, Romain et Charles allaient passer deux heures avec le Grand Maître, ils avaient voulu veiller, ils avaient gagnés, ils devaient rester jusqu’à quatre heures du matin dans ce bureau, évidemment, ils devront enchaîner sur une journée de cours… Capucine quant à elle, allait en retenu avec Prias, ils allèrent dans son bureau, à peine entrés, Prias ferma la porte à clé, elle avait peur, des frissons la parcourait mais elle tenta de garder son sang-froid, le professeur Serpens dit :
- Venez mademoiselle, j’ai quelque chose à vous montrer…
Prias l’emmena derrière son bureau, il y avait un objet fixé au mur, caché par un grand drap rouge semblable à de la soie, celui-ci le retira laissant apparaître un miroir.
- Votre heure de retenue sera un peu plus rythmée qu’elle ne devait l’être… Je vais vous emmener dans un monde magique !
- Mais ce n’est qu’un miroir ! répondit elle avec étonnement
- Pas n’importe quel miroir, regardez, celui-ci permet bien des choses…
Prias se plaça devant la vitre, et prononça une phrase incompréhensible. L’image reflétée dans la vitre tourna de plus en plus vite jusqu’à disparaître, elle fut remplacée par une image noire, dont on distinguait rien : c’était les ténèbres. Prias entra dans le miroir, comme si c’était une simple porte.
- Suivez-moi mademoiselle…
Capucine ne comprenait rien ! Le professeur Serpens lui demandait d’entrer dans un miroir ! C’était scientifiquement impossible et pourtant, la jeune fille se laissait entraîner dans cette histoire, de toute façon elle n’était plus à ça près, après tout ce qui c’était passé ces derniers jours… Elle passa une jambe dans l’intérieur de la glace, elle fut parcourue d’une étrange sensation comme si elle venait de marcher pendant des heures sans s’arrêter, elle éprouvait une énorme fatigue et un engourdissement au niveau de sa jambe. Elle décida de « passer » entièrement dans ce nouveau monde, le miroir fit de petites vagues à son passage, comme lorsqu’on lance une pierre dans l’eau. Quand elle passa la tête, elle se rendit compte qu’elle se trouvait dans un château, mais celui-ci était bien différent de celui du Grand Conseil, en effet, il était beaucoup plus sombre, on voyait par endroits des torches éclairant faiblement la pièce, en regardant ces torches, on pourrait croire que les flammes ont peur du lieu qu’elles éclairent. Elle fut accueillie par une créature de taille humaine ayant la tête cachée par une cagoule et les doigts squelettiques, tout en gardant son visage caché, l’homme s’agenouilla, prit la main de Capucine et l’embrassa, elle avait maintenant sa main gelée…
- C’est un honneur de te rencontrer Capucine dit-il tout en restant à terre
- Qui êtes-vous, je ne vous connais dit-elle pas en retirant sa main
- Oh quel goujat je suis ! Je me présente Lucius Sciurus, mais tu dois me connaître sous le nom de Maître du Destin sombre n’est-ce pas ?
Le sang de Capucine ne fit qu’un tour, elle avait désormais très peur…
- Ne me faites pas de mal dit la jeune fille en bégayant
- Loin de moi cette idée ! Je ne te ferais aucun mal, enfin… Si tu n’opposes de résistance, bien sûr…
Capucine courra vers la glace pour essayer de rebrousser chemin mais sans succès, elle frappait de toutes ses forces dans le miroir sans jamais pouvoir retourner dans la salle de cours… A partir d’ici, elle ne se rappela de rien, la dernière chose qu’elle vit avant de s’endormir fut la cicatrice de Lucius qui luisait dans la lumière… Quand elle se réveilla, elle était attaché à un grand fauteuil, en face d’elle se trouvait Lucius et Prias…
- C’est pas trop tôt, elle s’est enfin réveillé !
- Libérez-moi, je ne vous ai rien fais ! Pensez à ma mère Lucius, pensez-vous qu’elle aimerait si elle voyait ce que vous me faisiez ? Regardez dans quel état vous êtes maintenant, vous êtes pitoyable…
Lucius commençait à pleurer, heureusement pour lui, ses larmes furent cachées par sa cagoule. Il essaya de garder une voix normale pour ne pas se trahir…
- Marianne… J’aimerais tellement la revoir, elle me manque, plus de 20 ans que je ne lui ai pas parlé. Et grâce à toi, je vais la revoir, je vais intégrer ton corps !
- Vous croyez que c’est en étant aussi méchant que vous pensez la récupérer…
- Mais je ne suis pas méchant voyons, je veux juste que tu m’aides à m’emparer de la pierre d’Eranop, grâce à cette pierre tu pourras posséder tout ce dont tu à toujours rêver…
- Jamais ! Je ne vous aiderais jamais !
- Je n’ai pas besoin de ton avis, je vais utiliser la manière forte, comme tu n’es pas d’accord !
La jeune fille se débattait de sa chaise pour essayer de se libérer de ses liens, mais il n’y parvenait pas… Lucius retira sa cagoule et laissa découvrir son horrible visage : des cheveux blancs en bataille, deux petits yeux rouges, des lèvres aussi épaisses que du papier à cigarette et surtout, on voyait désormais en entier sa cicatrice, il se la massa tout en regardant Capucine dans les yeux :
- Ne me regarde pas comme ça, c’est simplement un simple accident de guillotine causé par cette saleté de canasson de Julius. Ces 20 ans passés dans ce château m’ont fais prendre un sacré coup de vieux, mais bon, je prépare mon grand retour et tout ça grâce à toi, encore merci ! Attention, ça va peut être piquer un peu.
Lucius était désormais à quelques centimètres de la jeune fille, il entoura la tête de Capucine de ses grandes mains, et dans la fraction de seconde qui suivit, une bourrasque de vente s’engouffra dans la pièce et Lucius disparut, il ne restait plus que sa cape, celle-ci tomba au sol en effleurant les pieds de Prias, Capucine s’évanouit puis se réveilla quelques secondes après en disant :
- Que fais-tu imbécile ? Tu ne m’as toujours pas détaché !
- Maître c’est vous ? demanda Prias surpris
-Evidemment ! Bon la première partie du plan est terminé, c’était plus facile que prévu, il ne me reste plus qu’à séduire ce cher Charles et il me donnera l’Eranop facilement, viens au retourne au Grand Conseil, que je suis pressé de revoir le Grand Maître, il va d’ailleurs bientôt signer son arrêt de mort…
- Attention Maître, contenez-vous ! Vous êtes là pour la pierre, dans un premier temps, ne vous vengez pas tout de suite, vous aurez tout le temps quand vous serrez en possession de l’Eranop.
- Mais je ne suis pas bête !
Quand « Capucine » fut de retour dans les couloirs du château, il était 5 heures du matin… Elle retourna dans le dortoir terrestre, guidée par le professeur Serpens, il lui montra son arbre puis partit, lorsque Lucius ouvrit « son » arbre, cela fit un bruit assourdissant, il réveilla donc Charles, celui-ci avait des valises sous les yeux :
- Où étais-tu Capucine ?
- Avec le professeur Serpens pourquoi ? J’ai fais de la copie pendant trois heures, c’était barbant… Bon je vais me coucher, je suis crevée…
Ils retournèrent chacun dans leur arbre respectif et Lucius réfléchissait aux différentes ruses qu’ils allaient opérer contre Plorus, il ne vit pas le temps passer, si bien qu’il ne dormit pas… A six heures, le nain Paul Ochon vint frapper à son arbre…
- Mademoiselle, le Grand Maître vous attend dans son bureau, votre mère est ici !
- Quoi ? Que fais Marianne euh maman ici ?
- Je ne sais pas, mais le Grand Maître a dit que c’était urgent !
Lucius ne pouvait mesurer sa joie, il suivit le nain jusqu’au grand bureau, quand il rentra, il chercha Marianne des yeux, elle était toujours aussi belle et elle était la réplique de sa fille… A peine entré, il lui sauta dans les bras et lui murmura à l’oreille :
- Marianne, tu es toujours aussi magnifique que le jour où je t’ai quitté…
- Tu m’appelles par mon prénom toi maintenant ? Et puis calme toi, nous nous sommes quittés il y a seulement une semaine…
- Oui mais tu ne peux pas savoir comment je suis heureux, euh heureuse dit Lucius les larmes aux yeux…
- Marianne, si je t’ai convoqué ici, dit Plorus, c’était pour t’informer que l’animal de prédilection de ta fille est un écureuil, j’ai peur qu’à cause de ça Lucius ai moins de mal à s’en emparer, enfin à la rallier de son côté…
- Oui en effet, c’est ennuyeux… Mais je pense que ça ne changera rien, Lucius a envie de se venger, c’est sûr, mais je doute qu’il se serve de Capucine, il veut l’Eranop, pas ma fille… Mais protégez tout de même Capucine, Romain et Charles, mais surtout ne faites pas de mal à Lucius lorsque la confrontation arrivera…
Cette conversation était risible pour Lucius, tout ce dont Plorus avait peur était déjà arrivé ! Cependant il était touché pour la compassion de Marianne, même après ces nombreuses années d’absence ça prouvait qu’elle ne l’avait pas oublié…
- Nous ne pouvons pas lui faire de mal, malheureusement, ta fille et lui sont liés par la magie, si l’un venait à mourir, l’autre serait lui aussi emporté… Donc nous ne pouvons pas nous en débarrasser, l’idéal serait de l’enfermer à jamais quelque part, mais c’est un très grand mage noir, il s’échapperait de sa prison en un rien de temps, d’ailleurs des vents courent qu’il devrait attaquer le Grand Conseil très prochainement, il vaudrait mieux qu’elle retourne chez toi pendant quelques temps, elle n’est pas en sécurité ici !
Lucius était désormais stressé, s’il retournait sur Terre, il ne pourrait pas atteindre son but d’autant plus qu’il était proche de la réussite… Il dut négocier pendant plus d’une demi-heure pour pouvoir rester au château. Plorus et Marianne pensait que c’était de la folie mais bon, après tout, ce devait être « Capucine » qui devait avoir le dernier mot, le Grand Maître allait tout de même renforcer la sécurité, mais l’écureuil s’en fichait, il était déjà à l’intérieur…

Puis les jours et les semaines passèrent, tous les élèves avaient correctement apprivoisé leur animal, les cours s’intensifiaient et Charles était tombé amoureux de « Capucine »… Personne ne se doutait que derrière cette jeune fille sans défense se cachait le si vil, Maître du Destin sombre. Mais un détail mit la puce à l’oreille de Crassus, il se douta de quelques choses lorsqu’il apprit à ses élèves comment se transformer en animal… C’était durant une journée de novembre, l’automne avait fais son apparition : les feuilles des arbres prenaient des couleurs magnifiques et il ne fallait pas trop encore se plaindre du froid.
- Je suis fier de vous ! Vous avez travaillé dur pendant plusieurs mois, et vous avez réussi à apprivoiser votre animal de prédilection ! Certains ont eu plus de mal que les autres n’est-ce pas Lucas ? dit le professeur Canem en riant
En effet le pauvre Lucas avait eu bien du mal à dresser son lion, des cicatrices sur ses bras témoignaient de l’affection de l’animal, le félin était à ses côtés, il l’écoutait au doigt et à l’œil désormais.
- Trêve de plaisanteries, car le dressage est un passage facile comparé à ce qui vous attend ! Je vais maintenant vous apprendre à vous transformer en votre animal de prédilection. Cela va être très difficile, je trouverais ça normal que la plupart des élèves n’y arrive pas avant deux mois d’entraînement quotidien. Mais il n’est pas exclu que les plus surdoués d’entre vous y arrive en seulement deux ou trois semaines, heureusement ceci est très rare, sinon je ne servirais à rien. En général il y a plusieurs étapes à franchir pour se transformer totalement. Tout d’abord vous allez faire apparaître un élément de votre animal sur vous, la crinière, une nageoire etc… Mais avec de l’entraînement votre animal et vous ne feront plus qu’un ! Bon nous allons passer à la pratique, vous devez vous concentrer sur ce que vous avez à faire, seulement sur ça ! Romain, veuillez essayer s’il-vous-plaît.
Le jeune Romain se mit devant tous ses camarades posa son chat à terre et le fixa dans les yeux pendant plusieurs secondes, après quelques minutes de concentration, il regarda les autres dépités en disant « Ca marche pas ! ». Charles tenta sa chance à son tour. Il ferma les yeux, respira à fond et tâcha de penser « loup ». Puis il sentit son âme « partir », il ne voyait plus que son loup devant lui, il s’approchait de lui, de plus en plus près ; en volant, quand il effleura l’animal une déflagration se produisit, un nuage de fumée rouge et jaune enveloppa Charles et le loup. Puis chacun d’eux fut projeté à trente mètres l’un de l’autre. Charles avait effroyablement mal à la tête, comme si son cerveau était en surchauffe : il avait échoué. Bizarrement Crassus vint vers lui en l’applaudissant :
- Très bien ! Bravo, c’était super pour un premier essai
- Vous plaisantez ? J’ai échoué dit Charles
- Mais pas du tout, regardez-vous dans ce miroir.
Crassus lui tendit une glace qu’il avait sortis de sa poche… En effet, Charles n’avait pas totalement échoué, à la place de ses deux oreilles normalement blanches comme le linge, se trouvaient des oreilles de loup. Il était heureux, les effets de sa transformation se dissipèrent peu après et il retrouva son visage intact…
- Je veux que vous fassiez tous comme lui ! Après Romain et Charles, je vais demander à Capucine d’essayer devant tout le monde et après on organisera des ateliers d’entraînements.
Lucius s’avait déjà comment s’y prendre… Il s’approcha de l’écureuil, se concentra et ne fit plus qu’un avec l’animal, pas besoin de ces formalités à faire apparaître une oreille, puis produire une explosion, nous rien de tout cela, il avait voulu attirer l’attention. Malheureusement, il n’aurait pas du… Après s’être transformé, il se pavanait devant les autres élèves en les narguant. Crassus n’en revenait pas, il n’avait jamais vu ça ! Jamais un élève n’avait réussi à se transformer du premier coup jusqu’à aujourd’hui. Tout de suite après, le professeur prit « Capucine » à part et lui posa quelques questions, il devait savoir pourquoi elle était aussi doué, il lui demanda par exemple si c’était à cause du lien magique qui l’unissait à Lucius, il lui parla pendant une vingtaine de minutes puis il laissa tomber « Ce doit être la chance du débutant » se dit-il, il était malheureusement bien loin de la vérité… Après avoir applaudit la remarquable performance de « Capucine », les élèves se dirigèrent vers le cours de vol. Comme pour la transformation animale, Lucius avait tout de suite voulu faire mieux que les autres, il volait avec grâce et style au dessus du terrain d’entraînement. Le professeur Avicellus fut aussi ébahis que Crassus. Romain et les autres avaient du mal à appliquer les consignes, en fait seuls Lucius et Charles avaient réussis.
- Je vous félicite tous les deux, mais nous allons faire quelque chose de plus difficile, restez-là, je vais chercher des anneaux, vous allez devoir passer à travers, ne bougez pas, je reviens tout de suite…
Quand le professeur s’éloigna, « Capucine » fit signe à Charles de venir vers elle et lui murmura à l’oreille :
- Si nous allions nous isoler dans un coin, j’ai quelque chose à te dire…
Charles rougit : Lucius avait gagné ! Il le prit le par la main et ils allèrent en volant sur le toit d’une tour du côté Ouest du Château, ils survolèrent le labyrinthe et Lucius vit rayonner la pierre d’Eranop, ils passèrent au dessus des écuries, où étaient rangés les carrosses et les chevaux. Au loin, ils entendaient les protestations de leurs camarades, seul Romain se réjouissait de la situation… « Capucine » et Charles s’assirent sur les tuiles noires, ils regardèrent devant eux, comme la planète n’était pas très grande, ils regardaient l’univers, c’était magnifique et il avait beau être en plein jour, il pouvait voir les étoiles, le soleil était assez proche pour les éclairer mais pas assez pour cacher la lumière des constellations, ils scrutèrent tous les deux les différentes planètes dont on ne connaissait pas l’existence sur Terre… Enfin, ils se regardèrent droit dans les yeux, et Lucius fit une tentative, Charles ne déclina pas l’opportunité qui s’offrait à lui : il l’embrassa. Le pauvre Charles s’était fais duper par l’amour. Lui l’aimait mais pas « Capucine ». Lucius savait que désormais il allait pouvoir lui demander ce qu’il voulait grâce à ce baiser, notamment l’Eranop. Tout en lui tenant la main Lucius lui dit :
- Tu sais Charles, l’Eranop, et bien tu es le seul à pouvoir la toucher avec Plorus et j’aimerais en posséder un petit bout pour avoir un souvenir du Grand Conseil, tu penses que c’est possible ?
- Tout ce que tu voudras mon amour, tu veux qu’on y aille tout de suite ?
- Je suis vraiment touché que tu acceptes, mais il faut mieux faire ça le jour du bal du Grand Conseil, les gens seront trop occupé à danser pour se rendre compte que l’on s’est éclipsés…
- Comme tu voudras, il faudrait peut être rejoindre les autres non ?
- Savourons ce moment dit-il en l’embrassant, nous l’avons pour nous tout seul…
Quand elle ne vit pas les deux élèves à son retour, le professeur Avicellus s’envola tout de suite pour aller voir Plorus, elle avait encore les anneaux à la main.
- Grand Maître, j’ai perdu deux élèves, Charles Régrebac et Capucine Squirrel, je ne sais pas où ils sont…
- Ne t’inquiète pas, j’ai ma petite idée dit Plorus en souriant, tout se déroule comme dans la prophétie… La prophétie ! Il faut que je convoque Charles tout de suite !
Affolé, le Grand Maître chercha Charles partout, il ne le trouva pas, il attendit le diner pour aller lui parler, ils allèrent tout les deux dans son bureau, le Grand Maître ouvrit l’armoire qu’il lui avait servie il y a peu de bassin pour se reposer, cette fois-ci elle contenait, une centaine de petites boules, toutes bleues. Plorus en prit une, elle portait une étiquette sur laquelle était marquée, « prophétie de Charles Régrebac ».
- Comme tu seras toi-même Maître du Destin tu contrôles ton destin, mais tu comprends que l’on ne peut pas te laisser faire n’importe quoi, alors à ta naissance une prophétie a été créée, elle dévoile de temps en temps les moments forts de ta vie mais elle ne sait pas tout. Selon elle tu vas devoir tuer Lucius, mais ce qu’il faut savoir c’est que si le Maître du Destin sombre meurt, Capucine n’existera plus non plus, il va donc falloir trouver un moyen de s’en débarrasser autre que la mort…
- Mais qu’allons nous faire alors ?
- Je ne sais pas, c’est bien pour ça que tu es ici, nous devons y remédier, nous perdons Capucine s’il meurt mais s’il reste en vie c’est le monde qui est perdue… Faut-il sauver le monde en sacrifiant une vie qui nous est chère ou ne rien faire du tout, voici le dilemme…
- Et il n’y a pas d’autres solutions ?
- Non, aucune. Allez, repart avec les autres, nous allons en reparler bientôt.
Les mois suivant passèrent à une vitesse folle, tous savaient se transformer en son animal de prédilection, ils savaient voler et enfin ils connaissaient l’Histoire du Grand Conseil de l’an 1 à l’an 700. Il était maintenant temps pour les élèves de faire l’acquisition de leur canne à l’effigie d’animal… Ce cours un peu particulier se déroulait avec Julius Equus, le maître des éléments, s’était un peu comme une remise des diplômes. Ils se trouvaient dans la salle des potions, tous avaient une canne à la main, dans le pommeau se trouvait un poil ou une plume de leur animal respectif. Julius avait remis personnellement sa canne à chacun de ses élèves, mais il fit une gaffe impardonnable que Charles remarqua plus qu’autre chose, quand il donna sa canne à « Capucine », il s’agenouilla et dit « Voici, maître ». Lucius lui jeta un regard de feu et il lui donna un coup de canne dans le torse en murmurant : « La ferme imbécile ! Ne m’appelle pas comme ça ! ». Par la suite, le professeur Equus enseigna à ses élèves à se servir de leur canne, une fois de plus « Capucine » excella, la spécialité de Lucius était de faire jaillir des flammes de son pommeau, mais il avait perdu l’habitude, c’est pourquoi il brûla les tables du premier rang et les chaudrons qui se trouvait auprès de lui, Charles essaya lui aussi et il brûla un costume blanc posé près du bureau. Julius entra dans une colère noire :
- Monsieur Régrabac, vous avez brûlé le costume du professeur Salamandra pour la fête de ce soir !
La fête de ce soir ? Les élèves n’avaient pas réalisés que le bal du Grand Conseil, c’était ce soir ! Le jour J pour Lucius, il allait enfin retrouver sa splendeur passée, Charles allait quant à lui revoir ses parents et connaître cette fête si grandiose. En fait, cela faisait plusieurs jours que les professeurs la préparaient, ils avaient confiés des tâches à Kilozun, elles n’étaient pas bien difficiles mais tout de même importantes. En fait, c’était ainsi depuis l’incident qu’il avait eu avec le professeur Harrap, d’ailleurs, celui-ci avait inventé pour l’occasion des boules à facettes qui volaient toute seule. Aussi, ils avaient réquisitionnés une fois de plus le même orchestre symphonique, ça promettait encore d’être une fête merveilleuse. Malheureusement…

(début page 28)
Revenir en haut Aller en bas
féfée
Poète
féfée

Messages : 2481
Date d'inscription : 10/11/2010

Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) Empty
MessageSujet: Re: Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie)   Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) EmptyLun 7 Mar - 20:06

Il faut trouver le temps de te lire, mais c'est passionnant ! sunny
Revenir en haut Aller en bas
Damona Morrigan
Fondatrice d'Alchemypoètes
Damona Morrigan

Messages : 4544
Date d'inscription : 06/11/2010
Localisation : Dans la cabane de la sorcière blanche sur l'île d'Emeraude

Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) Empty
MessageSujet: Re: Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie)   Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) EmptyMar 8 Mar - 11:46

Oui Féfée a raison, quelle aventure et quelle imagination ! Bravo !
Revenir en haut Aller en bas
Hugoblin
Poète
Hugoblin

Messages : 46
Date d'inscription : 26/12/2010

Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) Empty
MessageSujet: Re: Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie)   Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) EmptyMar 8 Mar - 11:57

Arrêtez vos compliments ;P je vais rougir x)
Merci beaucoup, je poste la fin de suite,
je suis content de la publication de Loin des yeux près du coeur : 15 commandes d'amis en une semaine et demi que demander de plus Wink
Revenir en haut Aller en bas
Damona Morrigan
Fondatrice d'Alchemypoètes
Damona Morrigan

Messages : 4544
Date d'inscription : 06/11/2010
Localisation : Dans la cabane de la sorcière blanche sur l'île d'Emeraude

Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) Empty
MessageSujet: Re: Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie)   Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) EmptyMar 8 Mar - 12:07

Toutes mes félicitations ! J'ai ouvert un compte également et j'y ai déposé mon histoire sur les vampires. Merci beaucoup de me l'avoir fait connaître. Je crois que tu auras bientôt une commande en plus !!! Bonne journée Hugo !
Revenir en haut Aller en bas
lutece
Administrateur-Poète
lutece

Messages : 3375
Date d'inscription : 07/11/2010
Age : 67
Localisation : strasbourg

Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) Empty
MessageSujet: Re: Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie)   Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) EmptyMar 8 Mar - 20:20

Voilà, j'ai enfin trouvé un moment pour te lire et, je suis impatiente de connaître la suite....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) Empty
MessageSujet: Re: Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie)   Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Le retour du Maître du Destin sombre (deuxième partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin. Le retour du Maître du Destin sombre (première partie)
» Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin, Tomber amoureux en deux jours mode d'emploi (deuxième partie)
» Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin (troisième et dernière partie) - Les petites histoires du Grand Conseil
» Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin : Tomber amoureux en deux jours mode d'emploi (première partie)
» Moi, Charles Régrebac, Maître du Destin : Tomber amoureux en deux jours mode d'emploi (dernière partie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alchemy Poètes :: Vos mots de Coeurs de Poètes :: Nouvelles-